• Belgium: Brewed in Holland

    beer_brewing

    A new working paper by Koen Deconinck and Johan Swinnen (“War, Taxes, and Borders: How Beer Created Belgium”), links the creation of Belgium to a beer-financed Dutch revolt:

    The present-day border between Belgium and the Netherlands traces back to the separation of the Low Countries after the Dutch Revolt (1566-1648) against Spanish rule. The capacity to finance war expenditures played a central role in the outcome of this conflict. Excise taxes on beer consumption were the single largest income source in Holland, the leading province of the Dutch Republic. Beer taxes thus played a crucial role in financing the Dutch Revolt which led to the separation of the Low Countries and, eventually, the creation of Belgium.

    1 Comment | Share on Facebook | Share on Twitter

  • Ron Haviv: Visual journeys through life and death

    Photograph - Ron Haviv - VII

    See the Balkan war in the eye of photojournalist Ron Haviv. And here is Haviv’s account, in a Guardian article, on his experience in Panama, where he first realized the power of images.

    This was the first time I’d felt bullets shoot past me, the first time I’d seen so much violence. Weirdly, I didn’t feel at risk. In fact, when the paramilitary said, “Excuse me”, it alleviated any fears I had that they didn’t want to be photographed. Fear only set in after Ford was arrested: we were afraid someone might come after us. I rushed the pictures to the news agency AFP. The next day they were on front pages of papers all over the world.
    Six months later, I found out just how big an impact this shot was going to have – when President Bush used it in his TV speech to the nation to justify the US invasion. For me, it was a monumental moment: I suddenly understood the power of photojournalism. I realised this wasn’t about me, it was about the people I was photographing. From then on, that’s what I dedicated my career to: enabling people who don’t have a voice to get their stories told.

    And another kind of war, in pursuit of Amazon gold:

    Leave a comment | Share on Facebook | Share on Twitter

  • Revisitando la historia de las Malvinas

    malvinas

    Aquí va un provocativo punto de vista, publicado por John Carlin en el País Internacional, sobre la historia del conflicto, y el rol de la intervención inglesa en debilitar el régimen militar argentino.

    El valor económico de las islas era nulo para ambos países, ya que en aquellos tiempos no había señal de que hubiese petróleo debajo del mar. Todo se hizo con el pretexto del honor. El argumento de Thatcher fue que montó su contraataque para defender los principios de la soberanía y la democracia. Bien, pero para Argentina el valor de la guerra fue mucho más allá de los meros principios. La consecuencia directa de la derrota argentina fue que los militares se retiraron, humillados, del poder; que se vieron expuestos eventualmente al castigo de la ley; y que se instaló la democracia, como hemos visto, de manera duradera. Si Margaret Thatcher se hubiera quedado con los brazos cruzados ante la ocupación de las Malvinas hace casi exactamente 30 años, los nazis argentinos (los más nazis, sin duda, de los muchos regímenes militares en aquellos tiempos en el poder en América Latina) se habrían consolidado en el poder. Seguramente hubieran torturado y matado a más personas. La pena es que antes de caer tuvieran que cargarse las vidas de casi mil soldados argentinos y británicos, entre ellos más de 300 reclutas argentinos en el torpedeado crucero General Belgrano: todos ellos, que nadie lo dude, las últimas víctimas de la Junta Militar argentina. Los 255 soldados británicos que cayeron nunca lo llegaron a saber, pero el fin más noble por el que dieron sus vidas fue que los hijos de puta más aborrecibles de la historia argentina del siglo XX se fueron de una vez y por todas, como dicen por allá, a la puta que los parió. Un pequeño aplauso para la señora Thatcher, que nunca hizo por su propio país —ni de lejos— lo que hizo por Argentina, no estaría de más.

    Leave a comment | Share on Facebook | Share on Twitter

  • Decaf

    shade-grown-coffee

    Nature News feature on how mother nature has been resisting the drive to grow caffeine-free coffee.

    Coffee contains some 2,000 chemical compounds that give the drink its enticing aroma and flavour, including caffeine, a stimulant and natural pesticide. Removing the caffeine while leaving all the others intact poses a significant challenge. Brewers have generally turned to chemistry: Ludwig Roselius of Bremen, Germany, patented the first commercial decaffeination process in 1905. But his coffee, marketed as Kaffee HAG, used benzene in the extraction process, and the chemical was later replaced by less toxic solvents. Today, companies may instead douse raw green coffee beans in high-pressure liquid carbon dioxide or soak them in hot water for several hours to remove the caffeine before roasting. Aficionados say that all these methods destroy the taste, but the decaf market is still worth US$2 billion a year.

     

     

     

     

     

    Researchers have long sought a better bean, harvested directly from the plant caffeine-free. This would preserve coffee’s complex flavour and give growers a high-end slice of the decaf market. But developing such a bean through conventional breeding or even genetic modification has proved more difficult than anyone anticipated (see ‘The ups and downs of decaffeination’). Coffee plants take years to begin producing beans, and can be fickle when they do. Moreover, to make them profitable to farm, the plants need to be productive, ripen synchronously and be of a size and shape that can be harvested easily by hand or by machines. The loss of any of these traits can render a plant worthless. The caffeine-free quest has produced a string of high-profile papers, but not a drop of marketable coffee.

    Now, should we really want to eliminate caffeine, reported in this history talk to have produced one of the most profound societal change in recent history (signaled to me by my colleague Pepita Miquel-Florensa, who found it on Greg Mankiw’s web site)? I especially like the idea of what happens when a society’s norm moves from widespread use of a depressant (alcohol), to a stimulant (coffee):

    Leave a comment | Share on Facebook | Share on Twitter

  • Civilisation et relativisme

    1-francoise-heritier_392

    Un entretien sur la récente polémique autour de la “valeur des civilisations” avec Françoise Héritier, anthropologue et ethnologue, professeur honoraire au Collège de France, publié dans lemonde.fr du 11/02/12. Enfin un peu de hauteur dans le débat! Extraits:

    Ce qu’il convient de dire en premier, c’est que ces certitudes, fondées sur des émotions, ce ” bon sens ” partagé pour affirmer que les autres ne sont pas comme nous et, dans la foulée, nous sont inférieurs, proviennent d’un réflexe psycho-social partagé par toute l’humanité. Ce réflexe peut jouer sur de bien courtes distances : une femme d’une commune du sud de la Bretagne me parlait ainsi souvent des habitants de la commune d’à-côté comme de ces ” sauvages qui ne mangent pas comme nous “. Et le démographe Jean Sutter a montré en son temps que, dans les campagnes françaises, on répugnait même à se marier dans un voisinage proche, quitte parfois à préférer des étrangers vraiment très éloignés. Ceux qui sont considérés comme autres selon divers critères (ici, la nourriture, ailleurs, les intonations, le vêtement…) sont déjà des barbares dont les usages ne valent pas les nôtres.
    (…)
    Monsieur Guéant confond les deux termes et je ne sais trop s’il entend parler de “civilisations” ou de “cultures”, ou même simplement d’usages particuliers ou de singularités comportementales. Mais ce ne sont pas tant cette ignorance et cette méprise qui choquent que la méconnaissance totale de ce que les sciences sociales ont apporté depuis une centaine d’années, à commencer par des descriptions, des définitions, des méthodes d’observation, un langage commun. Le ministre pense que son bon sens d’être humain et de Français ordinaire sont suffisants pour porter un jugement définitif dans des domaines de connaissance qui lui échappent. Ici, le ” ressenti “, pour utiliser un terme qui devient à la mode, serait suffisant pour juger, de même que le fait de faire partie soi-même de l’objet d’étude. Sur des questions qui relèvent de la connaissance de la terre et de l’univers, il ne se le permettrait pas. Or il ne suffit pas d’être soi-même un homme pour comprendre ipso facto tout ce qui relève de l’humain.
    (…)
    En fait, aussi curieux qu’il y paraisse, Monsieur Guéant est relativiste. Le relativisme ne consiste pas à croire que tout se vaut ni à s’abriter derrière l’argument culturaliste du respect de la différence des coutumes (comme l’ont fait systématiquement les instances internationales pour ce qui est du droit des femmes…), mais à poser en pétition de principe que toutes les cultures sont des blocs autonomes, irréductibles les uns aux autres, si radicalement différents qu’ils ne peuvent pas être comparés entre eux, d’autant qu’une hiérarchie implicite affirme que le bloc auquel on appartient est supérieur en tous points aux autres. C’est ce qu’il fait.
    (…)
    Hélas oui. Dire que l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire, c’est essentialiser quelque chose qui n’existe que dans la diversité des cultures. Il n’y a pas ” l’homme africain “, mais des hommes africains. Les sociétés africaines ont un passé comme un avenir ! Les figer, comme si, de toute éternité, elles devaient vivre dans un présent absolu, est stupide et fallacieux. De même, la volonté de hiérarchiser les ” civilisations ” ou ” cultures “, la nôtre étant considérée comme le point d’aboutissement absolu, est une idée non seulement déplacée mais dangereuse. Cela me peine de le dire, mais j’aurais préféré que des hommes politiques français de ce rang ne profèrent pas de telles énormités, qui entretiennent le racisme.

    Leave a comment | Share on Facebook | Share on Twitter

  • Peter Sloterdijk: “Le guillemet, c’est la politesse du pirate.”

    4620

    Texte savoureux de Peter Sloterdijk paru dans Le Monde sur le plagiat et la production universitaire:

    Pour appréhender la différence spécifique entre le plagiat universitaire et tous les autres cas de mépris de la “propriété intellectuelle”, il faut tenir compte de la spécificité inimitable des procédures académiques. Vu de l’extérieur, le monde universitaire fait l’effet d’un biotope spécialisé dans la production de “textes” le plus souvent bizarres et totalement éloignés du populaire. Ils vont des rapports de séminaire et devoirs semestriels aux thèses et mémoires d’habilitation, en passant par les mémoires de diplôme ou de maîtrise et aux devoirs de partiels, sans parler des expertises, des projets de recherches, des mémorandums, des projets de structure et de développement, etc. : autant de végétaux textuels qui s’épanouissent exclusivement dans le microclimat de l’Academia – comparables à ces plantes rampantes des hautes Alpes qui survivent à des altitudes où les arbres ne poussent plus – et qui, en règle générale, ne supportent pas une transplantation dans les plaines plates et dégagées de la vie éditoriale.
    (…)
    Le plagiat universitaire se déroule par conséquent le plus souvent dans des conditions où les motifs qui interviennent d’habitude dans le non-respect de la propriété intellectuelle, le fait souvent évoqué de se parer avec les plumes des autres, ne peuvent guère jouer de rôle. Alors qu’en terrain dégagé les plumes d’autrui sont censées améliorer l’attractivité de celui qui les porte et augmenter sa “fitness érotique”, pour employer le jargon des biologistes, les plumes des autres, en milieu universitaire, servent plutôt à se camoufler et à plonger dans l’ordinaire. Elles aident le porteur des plumes à passer inaperçu dans le flux régulier des masses de textes.
    (…)
    Dans la perspective de la situation universitaire, les analyses subtiles des esthéticiens de la réception font l’effet de réminiscences d’un très lointain Age d’or de la lecture où chaque texte était presque encore un “billet doux”. Aucun universitaire ne le niera : il est temps de compléter la théorie du lecteur implicite par celle du non-lecteur implicite. On devrait avoir à peu près rendu compte de la situation en partant de l’idée qu’entre 98 % et 99 % de toutes les productions de textes issues de l’université sont rédigées dans l’attente, si justifiée ou injustifiée soit-elle, d’une non-lecture partielle ou totale de ces textes. Il serait illusoire de croire que cela pourrait rester sans effet sur l’éthique de l’auteur.

    3 Comments | Share on Facebook | Share on Twitter

  • last posts

  • Archives

  • Frontières

  • links

  • Paraguay


  •  

    © Design graphique et développement : www.mrcam.fr